« Agir, désobéir, faire vivre la solidarité ». Entretien avec la militante anarchiste Évelyne Pérrin : désobéir pour rester solidaires !

 

Evelyne.

Évelyne Perrin a une formation en sciences politiques, elle est titulaire d’un DESS d’économie, également membre des collectifs désobéissants « Agir ensemble contre le chômage et Stop précarité ». Elle a notamment publié « Identité nationale. Amer ministère ». Ce qu’en disent les jeunes Franciliens (L’Harmattan, 2010). Elle a co-écrit aux éditions le passager clandestin l’ouvrage « Désobéir à la précarité « (collection Désobéir, 2011), ouvrage qui bénéficie aussi de la collaboration des membres du réseau l’Appel et la Pioche. Évelyne, femme militante née en 1940 d’une rare élégance impliquée dans la Cité…, je l’aie connue par l’entremise de mon ami proche Claude Derhan qui est notre ami commun. Depuis fort longtemps il me parle de tes tribulations militantes libertaires. Pour ma part, je faisais partie du Cercle D’étude Willem Reich avec pour formateur Jaques Lesage de la Haye qui est très connu dans le milieu anarchiste pour ses engagements en matière de prisons. J’allais à ce moment là de formation à la libraire « Publico » de Montreuil et suite à du temps passé en squats entre 2000 et 2007 etc. en milieu libertaire est pour moi fondateur d’une manière d’envisager la vie que nous partageons en tant que femmes diversifiées. Il est clair qu’en matière d’écriture et de militance Évelyne su montrer pendant des années de trajet de vie ton goût pour la liberté, l’émancipation et l’autonomisation du sujet.

Fichier audio de l’entretien (35 minutes) : https://www.dropbox.com/s/ftld9vz0vs34yqh/AUDIO%20SARA.mp3?dl=0&fbclid=IwAR1WZjliM_697j_8m0ln7k7TB9ievH_tYLaN-qWR0PVmqEMCs2A2pxAYfrw 

L’image contient peut-être : 2 personnes, dont Sara-Aviva Gerbaud, personnes souriantes, lunettes, gros plan et intérieur
Evelyne et Sara-Aviva
Photo Désert du Maroc, par Delphine Burguet
Photographie du désert Marocain, par Delphine Burguet.

Pour nous être opposés à la loi travail et à son monde, en 2017

il est temps de renouveler notre logiciel de lutte contre ce système

par Evelyne Perrin (evelyne.perrin6@orange.fr)

Au sortir d’une mobilisation sociale et populaire aussi exceptionnelle dans sa durée, sa créativité si impossible à cerner, et sa détermination que celle qu’a connu la France de février à septembre 2016 contre la Loi Travail et son monde, il faut analyser à la fois les forces et les faiblesses de ce mouvement ; peut-on dire qu’il a « échoué » sous prétexte qu’il n’a pu empêcher – par une « loi » sans vote – une régression sans précédent de nos droits de salariés, avec ou sans emploi… ? Qu’a-t-il découvert, expérimenté, créé , exprimé…? Qu’en reste-t-il, sur quoi il nous faut rebondir … ?

J’avancerai plusieurs raisons  de l’imposition sans vote parlementaire de la fameuse « loi » travail, et donc d’un passage en force du gouvernement de Manuel Valls et François Hollande:

1. L’introuvable prolétariat : Difficulté de la « grève générale »

Contrairement à Mai 68 ou à 36, il est devenu très difficile de lancer et tenir une grève générale, aussi beau que reste cet objectif : on l’a bien vu pendant le mouvement, on le voit chaque fois qu’une usine importante fait grè_ve contre sa liquidation, ou qu’un secteur professionnel en pleine « restrturation » capitaliste – Poste, Hôpital, Université… – tient une grève longue : qui peut faire grève illimitée aujourd’hui sauf dans les derniers bouts du monde du travail qui sont sûrs de conserver leur poste ? Ce n’est pas le cas des salariés précarisés – CDD ou intérim – ou oscillant entre chômage et contrats courts. Même des salariés en CDI peuvent ne pas pouvoir se permettre de faire une grève illimitée par manque de revenu ou endettement…1

Il reste donc une seule possibilité : démarrer des grèves dans des secteurs encore d’emploi stable et les soutenir par des caisses de grève, des blocages, des soutiens extérieurs (la grève par procuration), ou faire des grèves tournantes, perlées, du zèle..

  1. Crise et divisions du syndicalisme

La terrible division syndicale qui caractérise la France, conjuguée au passage du côté du capital et de ses recettes de grosses structures syndicales comme la CFDT, après la petite CFTC, ou parfois Force Ouvrière et l’UNSA, est l’un des principaux obstacles à l’élargissement des luttes. Les compromissions de certains syndicats entraînent chez les jeunes une désaffection vis-à-vis des syndicats en général et de l’action syndicale. A cela s’ajoute la sclérose de certaines structures syndicales, le décalage entre une base combative et une hiérarchie soucieuse de garder son rôle dans le fameux « dialogue social » qui fait le lit de tous les reculs.

Le second obstacle est la crise profonde et durable que traverse le syndicalisme, qui peine à se renouveler pour tenir compte de la montée de la précarité sous ses multiples formes ( des CDD qui représentent 80 % des embauches, de l’intérim, des emplois saisonniers au phénomène massif des sans papiers, et à celui nouveau des auto-entrepreneurs imposés et des « ubérisés ») et de la destruction progressive de la majeure partie des droits du travail. Les organisations syndicales peinent à aller soutenir les travailleurs là où ils sont, dans des chantiers de sans papiers, dans des PME et TPE, où la répression antisyndicale est féroce.

Un troisième obstacle a pesé sur la mobilisation contre la Loi Travail ET son monde :en raison de la spontanéité, de l’explosion créative et de la propagation fulgurantes du mouvement hors de tout cadre ou de tout schéma préétablis, il s’avéra très difficile d’organiser une réelle convergence et coagulation des luttes ; il y eut plus de 30 commissions de travail lancées dans le cadre de Nuit Debout ! à Paris et dans plusieurs villes, une coordination intersyndicale « On bloque tout ! », outre les rencontres régulières entre les sept organisations syndicales prétendant animer la lutte, des actions de blocage décidées à la base ou au niveau d’unions départementales ou de branches…

3. Un système représentatif élitiste et sans contrôle citoyen

Enfin, le pseudo système représentatif sur lequel se fonde encore, malgré son caractère profondément autoritaire, la Vème République imposée par de Gaulle suite à la réaction conservatrice qui le porta au pouvoir après Mai 68 souffre de carences graves et est également profondément sclérosé et dépassé, car hérité de la conception élitiste de la démocratie du XIXème siècle, et fondé sur la délégation de pouvoir sans mandat impératif ni contrôle, et sur le système des partis politiques, devenus de simples outils d’accession au pouvoir que plus rien ne différencie sur le fond. Les formes de résistance prévues par notre système politique basé sur une prétendue démocratie représentative sont périmées car elles ne fonctionnent plus :

  1. Les lois n’ont plus besoin d’être votées, un article 49.3 contraire au contenu tant de la Déclaration des Droits de l’Homme que de notre Constitution de la Vème République s’y substitue. La priorité devrait être premièrement de l’abolir et de réécrire éventuellement une autre Constitution fidèle à la Déclaration des Droits de l’Homme, mais plus encore d’imposer son respect par le recours à des modes de gestion de la société préservant le contrôle direct des citoyens par mandats impératifs sur des mandataires révocables à tout moment. Il en est de même avec le recours aux ordonnances en lieu et place de débat et de vote parlementaire que va imposer Emmanuel Macron imbu de sa victoire par défaut, qui l’a transformé en une sorte de Napoléon moderne érigé sur un champ de ruines du système représentatif …

  2. Le mode électoral ne laisse place qu’aux tenants – sous des formes très proches sur le fond – de l’ordre établi, qui est celui du capital mondialisé, financiarisé, et de l’austérité pour les couches populaires mais de l’illimité enrichissement pour les agents de ce capital. La succession d’un gouvernement de droite à un gouvernement se prétendant de gauche mais appliquant la même doctrine entraîne en France comme dans le reste des démocraties de même type un recul significatif du vote – abstention massive des jeunes – et un détournement de la colère du peuple vers les recettes de l’extrême droite : haine de l’ « autre », désignation de boucs émissaires et chasse à l’homme, passage à la violence.

Avec la prolongation sine die de l’état d’urgence, et son incorporation annoncée dans la Constitution, les libertés publiques, que ce soit celle de manifester ou d’exprimer une opinion, ou la liberté de la presse, n’existent plus. Quand police et justice deviennent de purs instruments de répression de toute contestation – ou tentative tout simplement de survie de la part des couches populaires les plus appauvries – , la question de réformer ou de supprimer ces deux institutions se pose en même temps que se pose bien évidemment la question de la légitimité de l’Etat et du besoin de le conserver. Pourquoi et au nom de quel bien collectif continuer à être ainsi « gouvernés » ? Avons-nous besoin d’un Etat devenu le bras armé du capital mondialisé et destructeur de tous nos droits et de notre probabilité même de survie en tant qu’espèce ? ( Lire à cet égard « La société contre l’Etat » de Pierre Clastres, ethnologue, décrivant nombre de sociétés ou de communautés ayant vécu sans Etat dans l’histoire – ou vivant encore ainsi, comme le Chiapas, ou d’autres enclaves )

4. Obsolescence de notre registre d’expression et action

Pour avoir participé à toutes les formes qu’a pu prendre la mobilisation contre la Loi Travail ( manifestations, blocages, occupations, soutien aux grèves…), il me semble que le mouvement a perdu du temps mais aussi pris des coups inutiles en terme de répression durant les deux premiers mois où il s’est largement cantonné dans des formes d’action classiques et devenues relativement inefficaces, telles que les manifestations de rue à l’appel de l’intersyndicale regroupant sept organisations de salariés, étudiants et lycéens.

Il a fallu en effet attendre la fin du mois de mars 2016 pour que, sous la pression de la base, la principale organisation de l’intersyndicale, la CGT dirigée par Martinez, en vienne à des modes d’action plus offensifs et capables de porter atteinte aux lieux et modes de production et de circulation des flux du capital par des blocages, des occupations comme celles des raffineries ou de centres de traitement des déchets… A cet égard le regroupement sous l’égide de « On bloque tout ! » de nombreux syndicalistes de la base militante la plus enragée et lucide joua certainement un rôle important, en esquissant cette si difficile « convergence des luttes » déjà tentée par le passé et non aboutie durablement… Si, parallèlement à ce passage à l’acte des syndicalistes et salariés les plus engagés sur le terrain, fut lancé le 31 mars le mouvement citoyen Nuit Debout !– caractérisé par une grande diversité de composantes et une distance vis-à-vis des organisations syndicales et politiciennes – , la liaison entre les deux ne se fit pas aisément et ce fut là sans doute l’une des faiblesses du mouvement contre la Loi Travail.

Obsolescence et effet boomerang de la manifestation traditionnelle de rue

Il nous faut aussi tirer les leçons du changement radical de stratégie en matière de répression et de libertés d’expression de la part de l’Etat en régime capitaliste débridé, où il est clair qu’il n’assume plus la fiction d’un Etat-Providence, mais devient le simple bras armé du capital, en France comme à l’étranger.

Ce changement de régime de répression, avec le passage à des modes d’intervention policière et armée à la fois brutaux, violents, et producteurs de blessures et mutilations et de mort (Rémi Fraisse à Sivens) a été largement documenté et analysé par des chercheurs comme par des journalistes indépendants. Cf. l’enquête de Reporterre, ou le livre de Pierre Douillard-Lefevre, énucléé, « L’arme à l’oeil. Violences d’Etat et militarisation de la police », Le Bord de l’Eau 2016), est nouveau en soit-disante démocratie. Parmi ces techniques, on a vu apparaître la technique de la nasse, consistant à enfermer une portion de cortège syndical entre des policiers en interdisant toute entrée ou sortie, à la laisser piétiner, puis à charger. Une autre consiste à viser systématiquement par tir de flashball ou grenade dite de « désencerclement » le visage ou la poitrine du manifestant. Tout est fait également poiur empêcher les journalistes ou les manifestants de photographier ou filmer les exactions policières.

Le nombre de blessés du côté des simples manifestants a été considérable, un mort ayant été évité de peu, et de simples lycéens ont pu se faire fracturer la mâchoire devant leur lycée occupé à Paris 20è dès le mois de février 2016. Des policiers, ou le secrétaire de la CGT-Police, ont fait état des ordres très confus et contestables pour les libertés publiques et pour la sécurité des manifestants qui leur étaient donnés.

Or l’organisation intersyndicale traditionnelle des manifestations n’a pas été en mesure d’assurer la protection des manifestants car elle a tardé à prendre la mesure du danger (45 personnes ont été énuclées par des tirs de flashball de la police lors des affrontements de ces derniers mois). Le but recherché par le pouvoir fut clairement de semer la terreur, notamment à l’intention des familles ou des citoyens peu organisés désirant participer aux manifestations pourtant usuelles du 1er mai par exemple.

La négation la plus poussée du droit d’expression reconnu en République, et la dénaturation la plus manifeste de la forme traditionnelle de cette expression qu’est la manifestation publique autorisée ont été expérimentées par ce pouvoir soit-disant «  socialiste », mais en réalité profondément autoritaire et anti-démocratique, le 23 juin 2016, lorsqu’à la demande de l’intersyndicale d’organiser une énième manifestation de la Place de République à Nation, il opposa et imposa cette fameuse « manifestation / tour de manèges » autour du bassin de la Bastille, avec des milliers de policiers filtrant et fouillant au corps les personnes désirant s’y rendre, humiliation et dérision que n’auraient jamais du accepter les organisateurs syndicaux… En effet, elle fut l’aboutissement d’une dérive déjà très mal appréciée de la part des services d’ordre syndicaux lorsque ceux-ci livrèrent à la police des membres des cortèges de tête qu’ils ne maîtrisaient pas, se faisant ainsi explicitement des collaborateurs de la police lors de précedentes manifestations.

Ainsi la manifestation – qui déjà selon les dires de Nicolas sarkozy lui-même pendant le mouvement des retraites, ne servait plus à rien – est-elle devenue un outil aux mains du pouvoir, et se retourne contre nous : elle entraîne quelles que soient ses formes, des plus pacifiques aux plus autonomes et exacerbées – cortège de tête – , des blessures et mutilations graves, mais aussi, outre un fichage généralisé ( par drônes, photos..), une judiciarisation avec des procès, des amendes colossales et des peines de prison y compris ferme pour simple expression publique de désaccord.

6. Criminalisation de toute résistance y compris syndicale

A cette répression policière presque sans précédent, s’est ajoutée la criminalisation des manifestants, des syndicalistes, de tout contestataire et opposant quel qu’il soit.

Le nombre de procédures judiciaires a atteint des sommets : plus de 800 procès intentés2 contre tous et n’importe qui, aux prétextes les plus divers, du simple collage sur un siège de parti ou de centrale syndicale au blocage quelques heures d’une rue, en passant par l’attribution aux manifestants d’exactions commises par des casseurs souvent instrumentalisés par la police ou issus de ses rangs. Encore aujourd’hui se déroulent un ou deux procès par jour en TGI de syndicalistes , manifestants, simples passants, avec un durcissement là aussi sans précédent des peines pronocées : peines de prison y compris ferme, pour les syndicalistes de Goodyear ayant voulu garder et défendre leur usine de pneus par exemple, mais pour bien d’autres manifestants, sous des prétextes absolument insignifiants, ou sans preuve formelle autre que les fameuses et systématiques accusations de policiers d’ «outrage et rébellion » à leur encontre dès l’instant où ils outrepassent leurs droits.

Cela constitue une violation manifeste et répétée de nos droits fondamentaux. Elle s’accompagne d’une dérive de la justice, qui perd son indépendance vis-à-vis de l’éxécutif et est plus en plus aux ordres du pouvoir, tandis que les nouvelles lois votées organisent un déssaisissement de la justice civile et pénale vers la justice administrative, composée de fonctionnaires totalement dépendants de l’exécutif. La disproportion manifeste des peines de prison ferme prononcées à l’encontre de syndicalistes et salariés ayant voulu défendre leur usine de manière assez classique dans l’histoire ouvrière récente est une première. Les syndicalistes voulant sauver leur emploi se voient publiquement traiter de « voyous » par ceux-là même qu’ils ont portés au pouvoir pour sauver ce qui reste de notre industrie…

Il en est résulté un premier effet de « sidération » et de repli sur la défense lutte par lutte, ou accusé par accusé. Nous avons passé la moitié de l’année 2016 à courir dans les tribunaux soutenir les copains mis en examen et condamnés, à les accompagner dans leur défense en justice puis en appel, à collecter des fonds de soutien à signer des pétitions et appels pour leur remlaxe, tout cela en vain. Seule Christine Lagarde, pourtant condamnée, est sortie la tête haute de la Cour de justice de la République dont elle ne craignait apparrement aucune sanction de fait…. On ne garde pas la finance internationale pour risque quoi que ce soit de la part d’une vulgaire cour nationale, d’ailleurs jusque là peu sollicitée te connue pour sa mansuétude.

En ce début d’année 2017, des voix s’élèvent, appelant à faire de l’année 2017 l’année de la contre-attaque… il serait temps !

Mais pour cela, il nous faut impérativement prendre en compte les obstacles majeurs qui se sont dressés en 2016 plus encore que lors du mouvement contre la réforme des retraites de 2010 sur la voie de la convergence des luttes et d’un réel affrontement au capital, d’une part ; et renouveler en profondeur notre logiciel de pensée et d’agir pour l’adapter au changement de la donne capitaliste.

Nous nous devons d’être aussi inventifs que l’est le pouvoir que nous affrontons.

II – Changer notre logiciel de pensée et d’agir

Face à une telle dérive, il nous faut donc réagir par deux voies :

  • 1. Imaginer d’autres modes d’action.

  • où nous devenions non prévisibles, non repérables, invisibles.. Vu l’ampleur croissante des modes et outils de notre surveillance, la question commence à se poser : comment recourir à des modes d’organisation protégés ? Ne faut-il pas envisager, comme dans toute expérience de résistance à des systèmes et régimes de domination totale, le recours à des liens ou à des actions tenus secrets ? .Le secret de l’action et la clandestinité à l’ordre du jour ?

nouvelles formes de contrôle biopolitique et sécurisation de nos échangesvoir l’en-tête complet Une question cruciale va concerner la sécurisation de nos échanges et prévisions d’action, car nous entrons dans l’ère du capitalisme geek moderne et souriant, qui veut exercer jusqu’au bout le contrôle bio-politique ( dénoncé il y a des lustres par Foucauld, Pasolini, Lazzarrato…) et nous pucera, nous bracettera électroniquement…

J’appelle aussi cela une OCCUPATION, certes pas comme celle des Allemands en 40-45, c. à d. militaire – sauf par meurtres policiers – encore du moins dans les dites « démocraties occidentales », mais sur tous les aspects de notre survie et par usage et invention de tous les moyens technologiques. Face à cette Occupation par un capital s’appuyant sur des nouvelles élites dirigeantes rajeunies et intelligentes

directement aux manettes, n’ayant plus besoin de passer par des politic(h)iens pourris , ringards et cumulards,et haïs par de plus en plus de citoyens , les seules issues sont sans doute :

la fuite, l’exil, le marronnage, les occupations temporaires de lieux de notre mode de vie (ZADs), ou la lutte…  mais à réinventer car elle ne peut plus  frontale – ils sont trop forts, + permis de tuer -, elle doit à mon avis devenir de + en + clandestine ou rusée. La Résistance peut nous inspirer..

La surveillance généralisée s’accompagne maintenant d’immobilisation par assignation ou emprisonnement. Cf. l’article du Canard Enchaîné de ce 14 juin: « La DGSE fait la sortie des écoles »

« La DGSE et sa direction technique, sorte de petite NSA à la française, fait le tour des facs et écoles d’ingénieurs et leur propose des stages de fin d’études, notamment aux étudiants bac +5 en électronique, cryptologie et informatique; le but est de former des futurs hackers pour pirater et mener des « luttes informatiques offensives », c. à d. texto  » mettre au point de nouvelles méthodes d’attaque, calculer les mots de passe les + probables, rechercher des vulnérabilités permettant de contourner les protections, ou enfin, corrompre le fonctionnement des composants électroniques sécurisés »… les stagiaires doivent apprendre par ex à « injecter les logiciels malveillants » et se camoufler pour agir le + longtemps possible sur l’ordi de sa victime…

Et nous…. Qu’est-ce qu’on attend…???? et où sont nos hackers…???

  • Quand police et justice deviennent de purs instruments de répression de toute contestation – ou tentative tout simplement de survie de la part des couches populaires les plus appauvries – , la question de réformer ou de supprimer ces deux institutions se pose en même temps que se pose bien évidemment la question de la légitimité de l’Etat et du besoin de le conserver. Pourquoi et au nom de quel bien collectif continuer à être ainsi « gouvernés » ? Avons-nous besoin d’un Etat devenu le bras armé du capital mondialisé et destructeur de tous nos droits et de notre probabilité même de survie en tant qu’espèce ? ( Lire à cet égard « La société contre l’Etat » de Pierre Clastres, ethnologue, décrivant nombre de sociétés ou de communautés ayant vécu sans Etat dans l’histoire – ou vivant encore ainsi, comme le Chiapas, ou d’autres enclaves )

  • 2. Attaquer systématiquement les auteurs et commanditaires de ces dérives

  • comme certaines organisations et comme de simples citoyens peuvent le faire : exemple : les plaintes contre Manuel Valls et Bernard Cazeneuve déposées devant la Cour de Justice de la République par des policiers et des citoyens, pour mise en danger de leur vie, sur la base de l’article 223-1 du Code Pénal (certes classées sans suite entre-temps…);ou les plaintes collectives contre préfets et présidents de départements et de régions lancées par les défenseurs des migrants poursuivis et condamnés pour « délit de solidarité » (sic) dans la Vallé de la Roya au-dessus de Nice… OU encore, les « class actions » hélas limitées dans la loi Hamon au domaine d ela consommation, mais qui se développent dans des luttes et mouvements sociaux ailleurs ( Occupy aux Etats-Unis, mouvements de consommateurs ou consom-acteurs, etc…)

Tout ceci plutôt que l’attaque directe contre un ennemi super puissant et surarmé, sauf bien sûr en cas d’insurrection générale ! Car rien ne vaut la révolution …à condition cette fois d’être mondialisée ou de démarrer dans un pays et de s’étendre à d’autres comme une traînée de poudre, ce que fut toutes proportions gardées le Printemps arabe… jusqu’au triomphe des régimes autoritaires et de leurs armées aidées des grandes puissances…

Aujourd’hui le peuple se retrouve affamé et humilié, le pouvoir qui l’écrase est mondial !

Il nous reste à rechercher les voies d’échapper au système ou de le pervertir, de l’affaiblir, de le submerger… qui sont certainement multiples et incertaines… Mais avons-nous le choix ?

Listons-en quelques unes, en nous appuyant sur les exemples même bâtis sous nos yeux :

1. Exit , la fuite ou l’échappée et la création de nos propres espaces et territoires provisoirement « libérés » du capital et autogérés, « zones à défendre », centres sociaux autogérés, ici et maintenant (Cf Miguel Benasayag et Angélique Del Rey, « De l’engagement dans un époque obscure », 2011, « Contrées » sur la ZAD de Notre Dame des Landes et le Val Souza, et « Constellations » du Collectif Mauvaise Troupe. Cf. aussi les films de Yannis YOULOUNTAS « Ne vivons plus comme des esclaves » et « Je lutte donc je suis »)

2. Reprise ou réappropriation aux mains des salariés de notre appareil productif ( des Thés de l’Eléphant UNILEVER à FRALIB et SCOP-TI, et d’autres exemples, très nombreux, en Argentine après la crise financière, en Espagne et en Grèce actuellement, etc..), de nos champs aux mains des agriculteurs, des services publics dans celles des salariés, des consommateurs et usagers, de la monnaie dans nos mains, etc..

3. Boycott et retrait : grève de la consommation et recours à l’autoproduction, aux circuits courts, aux monnaies locales, aux coopératives de production d’énergies renouvelables, de consommation, etc…C’est-à-dire s’inspirer d’une campagne qui porte ses fruits en soutien à la Palestine, BDS, et la transposer : = boycott des firmes capitalistes, de leurs banques, désinvestissement des mutuelles et autres outils initialement socialisés et devenus des firmes capitalistes comme les autres,

4. Sanctions juridiques contre des entreprises qui violent nos droits fondamentaux, notre santé et l’avenir de nos enfants…

  • 5. D’où la nécessité de créer et renforcer nos liens et nos capacités de coordination transnationale et internationale. C’est possible. Et si la CES semble bien loin de pouvoir le faire, des exemples comme les rencontres de collectifs et organisations syndicales de précaires européens, notamment les 21-23 octobre 2016 à Paris « From France to Europe. Towards Transnational Strike »(Cf. http://www.transnational-strike.info) : conjuguer le local et le global, devise déjà des Forums Sociaux Mondiaux.

Conclusion

On ne saurait dire que la mobilisation contre la Loi Travail ET son monde a « échoué », car ce serait réducteur. Certes les moyens hors norme procurés par la prolongation à durée indéterminée de l’état d’urgence ( urgence sécuritaire et non plus sociale ou humaine) et par le recours à l’article 49.3 afin de contourner un vote négatif du parlement auront permis à un pouvoir discrédité et aux abois de l’emporter, au moins provisoirement.

Certes après un dernier baroud d’honneur lors de l’ultime manifestation du 15 septembre, les organisations syndicales qui prétendaient porter le mouvement se sont rangées . Mais la rage est là, plus virulente que jamais, et elle a déjà obligé le président de la République à se retirer de la compétition pour l’élection présidentielle, ce qui est une première. Cette rage gronde encore et n’attend qu’un autre moment pour exploser. La question sera alors de savoir contre qui et quelles formes elle prendra.

D’ores et déjà, il restera de ce mouvement social riche, puissant et diversifié, qui a tenu presque un an, un ensemencement irréductible de l’imaginaire social, et le feu continuera à couver sous la cendre. Ses protagonistes passés ou à venir auront l’acquis d’un mouvement qui parti des lycéens et des étudiants, s’est propagé dans les autres couches sociales jusqu’aux franges les plus fragmentées et dépossédées, qui a secoué les couches les plus profondes du prolétariat, a failli faire la jonction fatale avec les révoltes de ce lumpen prolétariat des banlieues populaires, et avec la détresse des réfugiés de nos guerres.

Ces acteurs sauront en tirer les leçons, comme après chaque mouvement social, du CPE à la LRU, de la révolte des banlieues de 2005 à celle des intermittents et précaires, de la réforme de la sécurité sociale de Juppé en 1995 à celle des retraites en 2010, pour aller encore plus loin dans la mise en cause de ce système capitaliste néolibéral, aux mains de la finance internationale et des multinationales. En même temps, en effet, et sans plus attendre des « lendemains qui chantent », naissent, se développent et prospèrent de multiples expériences de résistances, notamment à de grands projets, d’où naît un autre monde, des modes inédits de gestion en commun de ressources, des « ailleurs » et des « non lieux » qui fédèrent des énergies et des savoirs innovants.

L’avenir est devant nous, hors de tout modèle préétabli et de toute organisation centralisée et hiérarchisée, dans l’invention du nouveau tant qu’il en est temps, dans sa diversité et sa multitude.

1Les transformations du salariat ont fait l’objet de nombreuses publications. L’une des plus instructives est l’ouvrage collectif de Sophie BEROUD, Paul BOUFFARTIGUE, Henri ECKERT et Denis MERKLEN, « En qu^te des classes populaires ; Un essai politique », paru en 2016 à La Dispute.

2Cf le bilan non exhaustif dressé de ces procès par les organes et réseaux sociaux de communication indépendants du pouvoir.

 

Bibliographie indicative (à partir de Wikipédia :https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89velyne_Perrin).

Ouvrages personnels

  • Chômeurs et précaires au cœur de la question sociale, Paris, La Dispute, 2004, 280 p. (ISBN 978-2-84303-999-7)
  • Jeunes Maghrébins de France. La place refusée, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2008, 205 p. (ISBN 978-2-296-05681-7LCCN 2008478869)
  • Identité nationale. Amer Ministère. Ce qu’en disent les jeunes Franciliens, Paris, L’Harmattan, coll. « Logiques sociales », 2010, 170 p. (ISBN 978-2-296-10839-4)(préface d’Emmanuel Terray)
En collaboration
  • Évelyne Perrin, Nicole Rousier (dir.), Ville et Emploi : le territoire au cœur des nouvelles formes du travail, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Société et territoire », 2000, 426 p. (ISBN 978-2-87678-546-5) (préface de Jean Rémy ; postface de Saskia Sassen)
  • Claude Lacour, Évelyne Perrin, Nicole Rousier (dir.), Les nouvelles frontières de l’économie urbaine, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, coll. « Monde en cours. Bibliothèque des territoires », 2005, 265 p. (ISBN 978-2-7526-0191-9)
  • Michel Bourgain, Évelyne Perrin (préf. José Bové), Maire Vert en banlieue, Paris, Les Petits matins, 2010, 196 p. (ISBN 978-2-915879-70-4LCCN 2010421410)

Activités associatives et syndicales :

  • membre d’AC ! (Agir ensemble contre le chômage) de 1994 à 2012,
  • co-fondatrice du réseau d’information et de soutien aux luttes contre la précarité Stop Précarité (en 2001), organisatrice des cours gratuits de droit du travail donnés depuis 2004 à Paris par des syndicalistes bénévoles chaque premier lundi du mois, et rédactrice du bulletin mensuel « Actualités des luttes de précaires » depuis 2014
  • cofondatrice en 2011 du réseau d’information et souytien aux luttes contre la souffrance au travail Stop Stress Management , organisatrice de onze débats salariés-chercheurs sur les moyens de défense contre harcèlement et souffrance au travail,
  • fondatrice en 2012 de l’association d’aide aux « sans » , sans emploi, sans logement, sans papiers et sans droits, Sang pour Sans,
  • membre du Conseil Scientifique d’ATTAC-France, et de ses commissions Démocratie, Alternatives, Écologie et Société, Migrations
  • syndicaliste Union Syndicale Solidaires.

Ouvrages :

  1. Evelyne PERRIN, Michel PERALDI : « Réseaux productifs et territoires urbains », Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1996
  2. Jean-Loup GOURDON, Evelyne PERRIN, Alain TARRIUS (dir.) : « Ville, espace et valeurs », Paris, L’Harmattan, 1995
  3. Evelyne PERRIN, Nicole ROUSIER (coord.) : « Ville et emploi, le territoire au cœur des nouvelles formes du travail », Ed. de l’Aube, 2000
  4. Evelyne PERRIN (coord .) : “Précarité, Points de vue du mouvement social”, AC !, APEIS, MNCP, Paris, Syllepse, décembre 2002
  5. Catherine LEVY, Willy PELLETIER, Evelyne PERRIN, David ZERBIB : « Europe. Une alternative”
  6. Evelyne PERRIN : « Chômeurs et précaires au cœur de la question sociale », Paris, La Dispute, juin 2004
  7. Evelyne PERRIN : « Jeunes Maghrébins de France, la place refusée », Paris, l’Harmattan, octobre 2008
  8. Evelyne PERRIN : « Identité nationale, amer ministère », Paris, L’Harmattan, 2010
  9. Evelyne PERRIN : « Haute tension. Les luttes des salariés contre les plans sociaux 2008-2010 » diffusé sur le web octobre 2011, en cours de réactualisation et à paraître chez Démopolis
  10. Evelyne PERRIN, avec la collaboration de Kamel TAFER : « Luttes étudiantes du CPE à la LRU et à la Loi Travail », à paraître
  11. Evelyne PERRIN : « Le nouvel agir politique », à paraître, Le Passager clandestin
  12. Evelyne PERRIN : « Jeunes d’ici et d’ailleurs, Parcours d’échappée», à paraître
  13. Evelyne PERRIN et Leïla Chaibi, « Désobéir à la précarité » Le Passager Clandestin, 2011
  14. Evelyne PERRIN, « Désobéir au néo-management », à paraître au Passager Clandestin, 2016
  15. Evelyne PERRIN, « Les énarques nous arnaquent », à paraître, 2016
  16. -Evelyne PERRIN, « Echapper à la médecine-labo et se réapproprier sa santé », à paraître 2017
Evelyne et Sara chez à Champigny Sur Marne.

Auteur : Sara-Aviva Gerbaud

Né.e (Christophe, Jean, Patrick) le 5 juin 1979 à Montauban. Abandonné.e Adopté.e à six mois. Handicapé.E visuel.le. Enfance calme. Adolescence trés mélancolique. Premiers écrits à 18 ans. A 21 ans apprend qu'il /elle a une sœur et l'existence de sa mère biologique. Commence à se travestir. Recherches de famille biologique entamées s'avérant vaines. Etudes d'histoire de l'art (Deug), de philosophie (Master 2).A l'âge de 32 ans passe un second Master (sociologie) tout en enseignant la philosophie et la santé publique dans diverses institutions et en étudiant dans plusieurs associations (Paris VII, ALI APPS, Analyse Reichienne) la psychopathologie clinique. Après avoir été clinicien.e stagiaire pendant un an (2014/2015). A prés de 40 ans, l'écriture continue. Depuis 2017, reçoit en cabinet dans Paris, en musées ou au par skype dans le cadre de séances de psychothérapie. Transition via hormonothérapie débutée en septembre 2018, à ce jour le changement d'identité juridique et de genre est en cours. Prénom féminin officialisé en mai 2019 : Sara-Aviva.   A présent 2019 : auteur.e de trois ouvrages publiés chez de petits éditeurs depuis 2017 et d'une vingtaine d'articles depuis 2003. Contact : 06 48 24 88 44 sara.aviva79@gmail.com

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s